mastodon.tn – Appel aux dons

Pour la deuxième année consécutive, nous lançons un appel aux dons pour couvrir les frais de fonctionnement de notre instance tunisienne du réseau social décentralisé Mastodon : mastodons.tn

Nous sommes fiers de vous fournir à la communauté tunisienne cette instance qui respecte votre liberté et votre vie privée. Cependant, cette instance nécessite des ressources et un soutien financier continus. Si vous appréciez notre engagement envers la liberté et la vie privée des utilisateurs, nous vous invitons à soutenir notre instance en faisant un don.

Votre contribution, aussi petite soit-elle, nous aidera à couvrir les coûts d’hébergement et de maintenance, ainsi qu’à améliorer les fonctionnalités.

Nous vous remercions par avance de votre générosité et de votre soutien continu à notre communauté.

Progression

Versements 606/600 TND
Promesses 806/600 TND

Historique

Vous pouvez consulter l’historique du financement de notre instance dans cette page : Promesse de don

Formulaire de promesse de don

Dans le formulaire, merci de nous donner votre prénom et votre nom corrects, vous pouvez ensuite choisir que ces informations ne soient pas publiées publiquement.



    mastodon.tn présent et futur

    En novembre 2022 j’ai lancé l’instance tunisienne du réseau social décentralisé Mastodon : mastodon.tn

    L’objectif de cette instance était de permettre aux éventuels utilisateurs tunisiens, de découvrir ce service de micro-blogging Libre et fédéré. Elle doit être aussi 100% tunisienne puisqu’elle est hébergée en Tunisie chez un hébergeur internet tunisien.

    Actuellement (juillet 2023) notre instance regroupe 50 comptes utilisateurs dont une quinzaine de comptes actifs.

    Pour les curieux voici les détails de la configuration du VPS où notre instance est installée :

    • CPU : 2 vCores @ 2.6 GHz
    • RAM : 6 Go DDR4
    • Disque : 60 Go SSD
    • Débit sortant : 100 Mbps

    Ce VPS est réservé jusqu’en novembre 2023 et les frais annuels s’élèvent à approximativement 500 TND TTC (nom de domaine compris). La question qui je me pose est donc doit-on garder cette instance ou non ?

    Pour répondre à cette question je lance un appel aux dons pour collecter les frais nécessaires pour une prolongation d’une année supplémentaire. Si le montant est collecté (d’ici fin août 2023) l’instance restera bien active. Sinon, elle ne le sera pas et les utilisateurs actifs auront à migrer leurs comptes vers d’autres instances.

    Les personnes qui veulent participer à la collecte des frais annuels peuvent remplir le formulaire de promesse de don ci-dessous. Si les promesses arrivent à couvrir le montant nécessaire, les donateurs seront contactés -par mail- pour valider leurs promesses via des virements vers un compte courant postal.

    Pour toute question ou information supplémentaire vous pouvez me contacter en laissant un commentaire sur cet article ou via le formulaire de contact.

    Progression

    Versements 600/500 TND
    Promesses 650/500 TND

    Formulaire de promesse de don

    Dans le formulaire merci de donner votre prénom et votre nom corrects, vous pouvez ensuite choisir que ces informations ne soient pas publiées publiquement.

    Page de promesse de don

    TuniHack 4.0 – Data Driven Future

    Logo TuniHack

    Le « Open Source Software Club – OSSEC » de l’École Nationale des Sciences de l’Informatique – ENSI, a organisé, début décembre, la quatrième édition du hackathon TuniHack 4.0 sous le thème « Data Driven Future ». L’objectif de cette édition était d’encourager les participants à développer des applications qui exploitent les données disponibles pour une meilleure valorisation.

    J’étais invité à ce hackathon comme conférencier et j’ai choisi de faire une présentation intitulée « Libre – OpenData – Tunisie ». J’ai entamé mon intervention par la présentation de la définition de ce qui est un Logiciel Libre et comment l’esprit du logiciel libre peut être généralisé pour couvrir toute œuvre numérique. Une œuvre qui peut être aussi une donnée ce qui permet d’avoir des données ouvertes ou OpenData. Par la suite j’ai présenté les différents projets et portails tunisiens où il est possible de récupérer des données ouvertes. Je vous laisse le soin de les découvrir dans ma présentation téléchargeable depuis les liens ci-dessous.

    Télécharger ma présentation

    Libroffice Impress Logo     PDF Download

    SFD2017 : Communiqué de presse

    L’association pour la Culture numérique Libre – CLibre, organise, en collaboration avec l’Ecole Supérieur des Sciences et de Technologie (ESST) de Hammam-Sousse la journée internationale de logiciels libres, « Software Freedom Day 2017 » qui aura lieu le dimanche 19 novembre 2017 à l’ESST de Sousse.

    Cette douzième édition tunisienne, appelée « Software Freedom Day Tunisia », est organisée pour la cinquième année consécutive par l’association CLibre. Elle sera l’occasion pour les associations, les communautés et les clubs universitaires actifs dans les différents domaines des technologies du libre de se rencontrer, de partager leurs expériences dans le domaine et surtout de s’enrichir mutuellement avec les échanges d’idées entre nos jeunes issues des différentes institutions universitaire de la Tunisie.

    Software Freedom Day Tunisia – Édition 2016

    Le programme de la journée sera formé, en plus des rencontres entre activistes du libre, par un ensemble de conférences en relation avec les technologies libres ainsi que des concours.

    Rappelons que chaque année, depuis 2004, la communauté internationale d’utilisateurs des logiciels libres fête le « Software Freedom Day ». Cette fête est une manifestation mondiale annuelle instaurée dans le but d’initier le grand public aux logiciels libres par son utilisation personnelle, dans l’éducation, l’économie ou par les gouvernements. Ce but est aussi l’un des objectifs de l’association CLibre qui a pris en charge l’organisation de cette journée en Tunisie prenant la relève de plusieurs acteurs de la communauté tunisienne qui n’a cessé, depuis 2006, de célébrer cette journée à l’échelle nationale.

    Un bureau Unity avec Gnome Shell

    Dans le billet précédent « De Ubuntu à Ubuntu Gnome » j’ai publié une copie d’écran de mon bureau Gnome Shell que j’ai personnalisé pour être le plus proche d’un bureau Unity. Je rappelle ici que je suis parti d’une nouvelle installation de la variante officielle Ubuntu Gnome (voir le billet précédent cité ci-dessus).

    Voici donc les étapes qui m’ont permis de passer de ce bureau –Bureau par défaut Gnome Shell

    Bureau par défaut Gnome Shell
    Bureau par défaut Gnome Shell.

    à ce bureau –Bureau personnalisé Gnome Shell

    Bureau personnalisé Gnome Shell
    Bureau personnalisé Gnome Shell.

    Paquets

    Dans une première étape j’ai installé les trois paquets suivants :

    Vous pouvez installer ces paquets via les liens apt-url ci-dessus, via l’application « Logiciel » ou pour les amoureux de la ligne de commande :

    sudo apt install humanity-icon-theme ubuntu-wallpapers dmz-cursor-theme

    Extensions

    La partie la plus importante dans la personnalisation du bureau est au niveau des extensions Gnome. Même s’il y a des extensions déjà installées par défaut et d’autres qui sont dans les dépôts, j’ai choisi de passer par le site web https://extensions.gnome.org/ car d’un côté il y a plus de choix et d’un autre les extensions sont plus récentes que celle dans les dépôts.
    La plupart des extensions ci-dessous offrent la possibilité de les configurer pour avoir le comportement rechercher. Je ne rentrerai pas dans les détails de configuration de chacune d’elles car cela allongera encore plus ce long billet. Mais si vous voulez avoir plus de détails sur l’une ou l’autre des extensions vous pouvez me laisser un commentaire.

    • User Themes : Permet de choisir une thème global personnalisé qui est installé dans le répertoire personnel.
    • Dash to Dock : Permet de modifier le lanceur (dash) de Gnome Shell pour avoir l’apparence du lanceur Unity. C’est cette extension qui nécessitera le plus de travail au niveau configuration. Principalement, j’ai modifié la taille pour qu’elle soit étendue sur les bords de l’écran.
    • No Topleft Hot Corner : Permet de désactiver l’effet du coin haut-gauche du bureau Gnome Shell. Ce comportement qui permet d’afficher les applications ouvertes et qui n’existe pas dans le bureau Unity.
    • TopIcons Plus : Permet de déplacer les icônes de notification qui sont par défaut dans le coin bas à gauche vers le coin haut à droite.
    • Pixel Saver : Permet d’intégrer la barre de titre de la fenêtre active dans la barre supérieure du bureau Gnome Shell. En attendant l’extension Global Menu, encore en développement, qui permettra d’intégrer la barre de menu plutôt que la barre de titre.
    • Better Volume Indicator : Permet de modifier le volume avec la roulette de la souris.
    • Frippery Move Clock : Permet de déplacer l’horloge du centre vers la droite.
    • AlternateTab : Permet de désactiver le groupement des fenêtres lors de la commutation avec les boutons Alt+Tab.
    • Dynamic Panel Transparency : Permet de modifier la transparence de la barre supérieure du bureau en fonction de l’existence ou pas d’une fenêtre maximisée.

    Étant un ancien utilisateur du bureau Gnome, dans sa version 2, je n’ai pas hésité à installer les deux extensions ci-dessous afin de retrouver les fameux menus « Application » et « Emplacements »:

    Finalement que vaut un bureau qui n’indique pas la météo ? L’extension ci-dessous permet de remédier à ce défaut et donne la météo actuelle.

    Boutons des fenêtres

    Il y a quelque temps Ubuntu a déplacé les boutons des fenêtres de la droite vers la gauche. À l’époque cette décision a fait beaucoup bruit dans la communauté et, je dois l’avouer, j’étais parmi ceux qui n’ont pas apprécié ce changement. Mais, je me suis vite habitué à cet nouvel emplacement et maintenant j’ai beaucoup de mal avec les gestionnaires de fenêtres qui placent les boutons à droite.

    Donc pour modifier l’emplacement des boutons des fenêtres il suffit de :

    • Lacent l’éditeur de configuration dconf-editor
    • Naviguer vers org -> gnome - >desktop -> wm -> preferences
    • Mettre la valeur personnalisée suivante (ne pas oublier le : à la fin) close,minimize,maximize:

    dconfEditor - Boutons
    Modification de l’emplacement des boutons des fenêtres.

    Thème

    Nous arrivons maintenant à la dernière étape pour avoir le thème global du bureau. À ce niveau je n’ai pas opté pour le thème par défaut de Ubuntu mais pour un autre thème appelé United Gnome que j’ai découvert dans le site OMG ! Ubuntu. Comme vous pouvez le voir dans la seconde capture d’écran de ce billet, ce thème reprend les couleurs caractéristiques de Ubuntu. Malgré quelques petites imperfections le thème reste agréable à utiliser et ne cesse d’évoluer de jour en jour.

    Afin d’activer ce thème les étapes sont les suivantes :

    • Télécharger l’archive de la variante Ubuntu depuis cette adresse : United Gnome.
    • Extraire l’archive et copier son contenu dans le répertoire .themes qui se trouve dans votre répertoire personnel. Le répertoire .themes est un répertoire caché, pour le faire apparaître dans le navigateur de fichiers il suffit de taper Ctrl+H. Si le répertoire n’existe pas vous pouvez le créer.
    • Lancer l’outil de personnalisation gnome-tweak-tool et dans apparence faire les choix suivants (voir capture d’écran ci-dessous) :
      • Thème GTK+ : United-Ubuntu
      • Icônes : Humanity
      • Curseur : DMZ-White
      • Thème du Shell : United-Ubuntu

    Gnome Tweak - Apparence
    Configuration de l’apparence de bureau Gnome Shell.

    Épilogue

    J’espère que ce billet peut être utile à ceux qui cherchent à retrouver une apparence à la Unity dans le bureau Gnome Shell. Il y a certainement des fonctionnalités de Unity qui n’existent pas dans Gnome Shell et inversement. N’hésitez pas à suggérer et à proposer d’autres astuces et/ou améliorations.

    Bien évidemment je suis impatient de voir le travail qui sera réalisé par l’équipe de développement de Ubuntu qui proposera, certainement, une personnalisation « officielle » du bureau Gnome Shell lors de la sortie de la prochaine version Artful Aardvark prévue en octobre 2017.

    Liens

    Voici quelques liens vers des articles qui traitent aussi du même sujet et qui m’ont aidé pour aboutir à ma personnalisation du bureau Gnome Shell. Si vous avez d’autres liens intéressants vous pour les partager avec nous dans les commentaires et je veillerai à les ajouter ici.

    1. Making Gnome Shell feel like Unity
    2. That Sleek Ubuntu Desktop Mockup Is Now A Real Working Theme
    3. How To Make GNOME Shell Look Like Unity
    4. A Global Menu Extension for GNOME Shell is in Development

    De Ubuntu à Ubuntu Gnome

    J’ai profité de la sortie de la dernière version de Ubuntu, la 17.04, pour faire une réinstallation complète de mon système sur mon PC de bureau et mon portable. Pour cette installation j’ai opté pour la variante officielle Ubuntu Gnome pour remplacer la version Ubuntu classique. Les motivations de ce choix sont principalement deux.

    logo ubuntu gnome

    Premièrement, il y a la décision de Canonical d’abandonner Unity et de revenir vers le bureau Gnome Shell. Ce changement de bureau de ma distribution favorite a été annoncé pour la version 18.04 LTS qui sortira en avril 2018. Puis le changement a été encore avancé de six mois pour être effectif dans la version 17.10, qui sortira en octobre prochain. Alors pourquoi pas ne pas l’avancer encore de six mois à mon niveau pour découvrir et prendre en main cet environnement de bureau que j’ai abandonné depuis que Ubuntu a adopté Unity. Je parle ici de découverte de Gnome Shell, car je n’ai pas eu vraiment l’occasion de l’utiliser régulièrement et pour une période prolongée. J’ai, bien évidemment, déjà installé Gnome Shell avant par curiosité pour voir ce qu’il propose, mais je ne l’ai jamais adopté. J’étais pleinement satisfait de mon bureau Unity.

    La seconde motivation est que pour la première fois depuis l’apparition de la variante Ubuntu Gnome, on trouve la dernière version du bureau Gnome, la version 3.24. Moi qui suis impatient de retrouver les nouveautés je suis donc bien servi.

    L’installation s’est bien déroulée et j’utilise mon bureau Gnome Shell depuis quelques semaines maintenant, il est donc temps de faire un petit retour d’expérience. Il est impossible pour moi de faire le retour complet sur le nouveau environnement, car je suis toujours dans un processus de découverte. Voici donc ce que j’ai noté comme points positifs et points négatifs.

    (+) Comptes en ligne

    Lors de la première connexion au bureau Gnome il y a une fenêtre qui propose de configurer les comptes en ligne. La bonne surprise est la proposition de configurer un compte Nextcloud qui n’existait pas sous Ubuntu. Cette configuration permet donc une bonne intégration de l’agenda, des contacts et des fichiers de nextCloud avec les applications de Gnome, respectivement agenda (gnome-calendar), contacts (gnome-contacts) et le gestionnaire de fichier (nautilus).

    Gnome Shell - Comptes En Ligne

    (-) Support de langue

    Comme toujours, la première chose que je configure dans mon système c’est le support de la langue arabe en plus de la langue française. Avec Gnome le panneau de contrôle, via l’outil « Pays & langue », permet de configurer, entre autres, la langue principale et les sources de saisies. Petit problème, aucun paquet supplémentaire n’est téléchargé ni installé. Je pense surtout aux paquets de traduction (Français et Arabe) et surtout aux polices de caractères.

    Pour contourner ce problème j’ai du donc installé le paquet « gnome-language-selector » qui a permis de télécharger automatiquement les paquets nécessaires.

    Gnome Shell - Parametres

    (+) Extensions

    Une autre bonne découverte, c’est les extensions Gnome qui permettent de personnaliser le bureau à volonté. Même si les dépôts contiennent les paquets d’extension j’ai préféré passer par le site web – https://extensions.gnome.org – qui propose plus d’extensions et des versions qui sont plus à jour que celles dans les dépôts.

    Voici par exemple à quoi ressemble mon bureau Gnome Shell actuel après l’installation et la configuration de quelques extensions. Oui, c’est un bureau Gnome Shell et non pas un bureau Unity. Je consacrerai un autre billet de mon blog pour détailler comment je suis arrivé à ce bureau.

    Gnome Shell - Bureau

    (-) Terminaux virtuels

    Pour les vieux GNU/Linuxiens, comme moi, rien ne vaut un Ctrl+Alt+F1 pour basculer vers un joli terminal textuel et lancer un kill -9 ou autre service truc stop quand l’interface graphique fait des siennes. C’est avec grosse déception que j’ai découvert que mon Ubuntu Gnome ne propose plus que deux terminaux graphiques au lieu des sept classiques, six terminaux textuels et un graphique. J’ai pas encore trop chercher comment faire pour retrouver des terminaux textuels mais si vous avez des pistes je suis preneur.

    Édit : Suite au commentaire de Coolmicro, les terminaux virtuels sont bien là, ils ont juste fait un petit décalage. Il existe donc six terminaux : Deux terminaux graphiques Ctrl+Alt+F1 et +F2, ce dernier étant le terminal par défaut, et quatre terminaux textuels Ctrl+Alt+F3 à +F6.

    Wilfried est un utilisateur Libre

    Pour ce nouveau billet de la série d’articles sur les utilisateurs Libres, je vous invite à faire un voyage en Côte d’Ivoire pour faire connaissance avec mon ami Wilfried N’Guessan. J’ai connu Wilfried, comme d’autres amis de la communauté du Libre, via le monde virtuel. Mais, j’ai eu la chance de le rencontrer avec notre ami Abdrahman lors d’un voyage au Maroc.

    Au cours de cette rencontre nous avons pu échanger et partager notre vision pour le Libre dans nos pays respectifs et comment échanger nos expériences pour le bien de Libre en Afrique. Bien évidemment j’ai profité de cette rencontre pour avoir ma copie dédicacée de son excellent livre « 54 raisons pour l’Afrique de choisir le logiciel libre« . La parole est maintenant à Wilfried :

    1. Bonjour Wilfried, pour commencer, pourrais-tu en dire un peu plus sur toi ? Comment considères-tu tes connaissances en informatique ?

    Je suis Wilfried N’Guessan développeur d’application à la base, je fini par me spécialiser en sécurité web. Aujourd’hui je dirige une société de services en logiciels libres en Côte d’Ivoire AKASSÔH. Auteur du livre « 54 raisons pour l’Afrique de choisir le logiciel libre« . Membre de plusieurs communautés qui militent en faveur du logiciel libre en Côte d’Ivoire. J’ai environ dix neuf années de pratique informatique dont quinze dans l’environnement Gnu/Linux que je connais parfaitement. Aujourd’hui je développe des compétences en gestion de projet et d’équipe.

    1. Depuis combien de temps utilises-tu un ordinateur et quelle en est ton utilisation principale ?

    Depuis les années 1998, mon utilisation est évolutive selon les périodes et challenges, aujourd’hui moins de développement contrairement à hier j’analyse ou vérifie les lignes de codes ainsi que la mise en place du file conducteur pour les équipes de développements.

    1. Comment as-tu pris connaissance qu’il existait autre chose que Microsoft Windows pour ton ordinateur ?

    Par l’entremise d’un ami dont le frère était informaticien un devancier qui lui n’utilisait pas le systèmes actuel parce-qu’il éviterait des problème de virus à répétition, car en tant que bidouilleur j’y était régulièrement confronté à ce type de problèmes il me fallait toujours chercher à réinstaller mon PC.

    1. Pourrais-tu nous expliquer pourquoi, aujourd’hui, tu utilises un système d’exploitation Libre ?

    D’abord parce que j’ai découvert la philosophie logiciel libre et la réalité que nous cache les licences d’utilisations des systèmes privateurs. Ensuite des éléments comme le coût, la possibilité d’un usage sur du matériel obsolète, la contrainte de partager sans retenu, la stabilité et la sécurité qu’il offre.

    1. Comment s’est passé ta migration et quelles sont les choses que tu as découvertes dans ton nouveau système et dont tu ne sais plus te passer ?

    Elle à été assez passionnante après mon installation d’une version Mandrake la carte graphique de ma vielle bécane (ordinateur) n’affichait pas d’interface graphique, j’ai couru après différentes personnes qui venaient spontanément essayer de me dépanner. Hélas le problème persistant un ami va me recommander de changer de distribution pour Ubuntu, j’ai pas hésité à appliquer le conseil hélas le problème sera le même ce dernier employé dans une société de la place qui lui absorbait tellement son temps me recommandera d’utiliser internet via les listes de discussion ou forum pour chercher la solution, j’ai dès cet instant compris qu’ici on n’attend pas la réponse du service après vente mais on pouvait rechercher ceux qui avait le même bobos.
    Grâce à internet je réussis à régler l’affichage j’ai découvert la puissance d’internet, du partage d’expérience, l’utilisation des listes de discutions, chat, freenode, et forum.

    1. Depuis ta migration, quelles sont les choses que tu regrettes ou que tu ne trouves pas dans ton nouveau système ?

    Rien à ce que sache

    1. Dans ton utilisation journalière de ton nouveau système libre, trouves-tu facilement les logiciels dont tu as besoin ?

    Oui mais il m’a fallu comprendre l’utilisation des termes de recherche en rapport avec l’équivalence en logiciel libre.

    1. Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de faire la promotion de ton système d’exploitation libre auprès de tes amis ?

    Aussitôt j’ai installé Gnu/linux sur tous les ordinateurs de la maison y compris celui de mon père qui m’a bien tiré les oreilles ma réponse était tu auras plus de soucis à appeler des maintenanciers.

    J’ai rejoint l’Association Ivoirienne pour la promotion de Linux et les Logiciels Libres des années plus tard où j’ai activement milité à promouvoir ce système jusqu’à être à la base de la naissance de la communauté Ubuntu en Côte d’Ivoire.

    1. Si tu avais la possibilité d’exaucer trois souhaits en rapport avec ton système d’exploitation, lesquels seraient-ils ?
    • Qu’il soit en priorité dans l’apprentissage de l’informatique et les autres en second.
    • Que tout les pays du sud lancent un plan de migration nationale.
    • Qu’il devienne plus accessible sur les tablettes & mobile
    1. Pourrais-tu nous donner ta cotation sur 10 des différents systèmes d’exploitation et/ou distributions qui sont passés entre tes mains ?
    • Mandrake : 7/10
    • Ubuntu : 9/10
    • Debian : 8/10
    • Tails : 8/10
    • Kaly : 8/10
    • Windows : 3/10
    1. Pourrais-tu nous montrer une capture d’écran de ton bureau ?

    wilfried desktop