Faire le ménage dans son répertoire personnel

Broom IconVoici un petit script shell qui permet de supprimer des fichiers inutiles dans mon répertoire personnel. Je lance ce script régulièrement avant d’effectuer la synchronisation de mes répertoires de travail avec mon disque externe.

Ce script recherche des fichiers dans mon répertoire personnel qui ne sont pas intéressants à sauvegarder et les supprime. Dans la version ci-dessous les fichiers supprimés sont :

  • Les fichiers avec extension « aux » : fichiers auxiliaires de référence pour LaTeX.
  • Les fichiers core : faut-il présenter ces fameux fichiers core ?
  • Les fichiers qui se terminent par « ~ » ou « # » : généralement des fichiers temporaires de sauvegarde générés par différents éditeurs de texte.

Chacun, selon son utilisation peut ajouter ou supprimer d’autres types de fichiers dans le script.

Attention ce script supprime des fichiers et il sera impossible de les récupérer il faut l’utiliser avec précaution.

#! /bin/sh
find $HOME -type f \( -name "*.aux" -or -name "core" -or -name "*~" -or -name "*\#" \) -exec /bin/rm -f {} \;

Service de remorquage : tu peux laisser ton ami au bord de la route


Mise à jour : le 13/01/2016

J’ai eu ce problème le 30 octobre 2016 que j’ai pas tardé à le remonter à mon assureur quelques jours après. Ce dernier m’a confirmé qu’il a directement remonté ma réclamation à Afrique Assistance. Depuis je n’ai eu aucun retour.

Suite à la publication de cet article que j’ai envoyé à la maison mère « MAPFRE ASISTENCIA » via Twitter :

Cette dernière n’a pas tardé à contacter la filiale tunisienne et de réagir via Twitter aussi.

Aujourd’hui j’ai eu un appel du service client de Afrique Assistance. La responsable du service client s’est excusée de la maladresse de l’opérateur que j’ai eu au bout de téléphone lors de ma demande du service de remorquage. Elle m’a expliquée aussi le pourquoi des 23TND. En effet, dans le contrat d’assistance avec les assureurs autos il est indiqué que le service de conduite à domicile est gratuit pour les descendants et ascendants du propriétaire de l’assurance. Pour les autres passagers il faut payer un supplément pour disposer d’un camion avec des places supplémentaires.


Monsieur, notre service de remorquage ne prend en charge que le conducteur et un passager. Tu peux laisser l’un de tes amis au bord de la route pour se débrouiller et rentrer

remorquage

Voilà ce que me recommande, simplement, le service de remorquage Afrique Assistance. Hallucinant ! Je me demande s’ils donnent la même recommandation si les accompagnateurs du conducteur sont ses enfants ou ses parents.

Il y a quelques semaines, sur le chemin de retours de Tunis vers Sayada, je me suis trouvé en arrêt au bon milieu de l’autoroute suite à un problème électrique dans ma voiture. J’ai alors appelé le service de remorquage de ma compagnie d’assurance, Afrique Assistance, pour le remorquage de ma voiture vers Sayada. L’opérateur au bout de téléphone, après les vérifications d’usage et sachant que je suis accompagné par deux collègues, m’a recommandé de laisser l’un d’eux se débrouiller pour rentrer seul, car le camion de remorquage qu’il va m’envoyer ne prend que deux personnes : le conducteur et un passager !

Au départ, et avec le stress de cette maudite panne, j’ai pas bien compris cette recommandation et j’ai dû demander et redemander pour comprendre ce que cet opérateur me recommande. Je sais que cet opérateur, comme tous les services d’assistance téléphonique, suit un protocole bien établi. Mais que ce protocole recommande de laisser des passagers d’une voiture (de 5 places) je ne peut pas le comprendre ! Que faire si les passagers sont tes parents ou tes enfants ? On les laisse au bord de la route, car le service de remorquage ne prend qu’un seul passager avec le conducteur ?

Quand j’ai insisté que c’est non envisageable que je laisse un collègue au milieu de nulle part, c’est là que l’opérateur m’informe qu’il peut m’envoyer un camion de remorquage de 4 places mais que je dois payer un supplément de 23 dinars. Ma surprise est double ! Premièrement pourquoi ne pas m’informer de cette possibilité dès le départ au lieu de me recommander, maladroitement, de laisser mon collègue au bord de la route ? Deuxièmement, pourquoi je dois payer ce supplément alors que j’ai assuré une voiture de 5 places ?

Le seul point positif de la soirée c’était la rapidité avec la quelle le camion de remorquage est arrivé. Mais, cette agréable surprise s’est vite dissipée quand j’ai constaté l’état déplorable du camion flanqué de partout par le logo Afrique Assistance ! Des portes qui ne s’ouvrent que de l’extérieur, des feux qui ne sont pas dans les normes. Ma première réflexion après le départ du camion était de souhaiter qu’on n’aura pas besoin de dépanner et de remorquer le camion de remorquage.

En chemin, et en discutant avec le conducteur de camion, je l’ai remercié pour son arrivée rapide pour me dépanner et là il me répond simplement qu’il a dû prendre un passage interdit pour entrer dans l’autoroute ! Quelle image donner à cette compagnie avec ce genre de comportement !

elacheche est un utilisateur Libre

Il y a quelques années, déjà !, j’ai publié une série d’articles dans les quels je donne l’occasion aux membres de la communauté de logiciels libres tunisienne et des amis libristes de se présenter et de parler de leur relation avec les logiciels libres. Depuis, d’autres membres sont apparus et ont marqué leur présence. C’est ainsi que j’ai pensé à relancer cette série d’articles et de même dépoussiérer mon blog laissé à l’abondant.

Le premier article de la première série était réservé à Karim, l’un des fondateurs de la communauté Ubuntu Tunisie. Alors, c’est avec la même communauté que je relance la deuxième série, et ça sera avec Anis El Achèche – aka elacheche – qui est actuellement le LoCo Team contact de la communauté Ubuntu Tunisie.

  1. Bonjour elacheche, pour commencer, pourrais-tu en dire un peu plus sur toi ? Comment considères-tu tes connaissances en informatique ?

Bonjour, je suis Anis El Achèche, membre et contributeur dans la communauté Ubuntu-tn ainsi que d’autre communautés comme OpenTunisia, je fais partie de la « Ubuntu Membership Board » l’équipe qui vérifie et valide les demandes d’adhésion au « Ubuntu Members ». La communauté c’est aussi ma 2éme famille, c’est là où j’ai rencontré plusieurs personnes qui ont changé ma vie, nizarus, Neo31, Geekette86, GoldenScorp, BilGa, LunaPersa qui est devenue ma femme, ainsi que plusieurs autres…
D’autre part je suis un administrateur système, j’essaie d’apprendre des nouvelles technologies autour du Libre et Open Source, et d’être parmi les sudoers.

  1. Depuis combien de temps utilises-tu un ordinateur et quelle en est ton utilisation principale ?

Mes premiers pas avec les ordinateurs datent de 2001/2002 lorsque mes parents ont acheté notre premier ordinateur de bureau, c’était un Fujitsu Siemens équipé d’un P4 (1 core), mais, j’ai vraiment commencé à l’utiliser convenablement en 2005/2006 lorsque j’ai choisi la nouvelle branche « Technologie de l’Informatique » comme « spécialité ».

Aujourd’hui j’utilise mes ordinateurs pour naviguer sur Internet, communiquer, contribuer aux communautés/projets Libres et administrer d’autre machines…

  1. Comment as-tu pris connaissance qu’il existait autre chose que Microsoft Windows pour ton ordinateur ?

Je pense que j’ai vu le Tux et le mot Linux pour la première fois dans le livre Informatique de la 2éme année Technologies de l’Informatique. Une année après, en avril 2007, durant le cours des Réseaux et Systèmes d’Exploitation j’ai fait ma première installation Linux, c’était la distribution Mandrake 10.1. Après j’ai essayé plusieurs distributions, je dois peut-être raconter mon histoire un jour dans mon blog. Bref, en Septembre 2009 j’ai décidé de migrer à 100% vers Ubuntu car après une année d’utilisation sur mon ordinateur portable, je ne pouvais plus supporter le comportement de Windows Vista.

  1. Pourrais-tu nous expliquer pourquoi, aujourd’hui, tu utilises un système d’exploitation Libre ?

Car tout simplement j’ai la liberté de choisir quoi utiliser, car le système d’exploitation est libre j’ai le choix entre plusieurs distributions. D’autre part, il y a la sécurité, la fiabilité et la stabilité, sans oublier que le système d’exploitation reste personnalisable, et on peut l’optimiser selon nos besoins et notre matériel.

  1. Comment s’est passé ta migration et quelles sont les choses que tu as découvertes dans ton nouveau système et dont tu ne sais plus te passer ?

Je n’ai pas eu des problèmes lors de la migration, seulement une « Incompatibilité » entre mon nouveau système, et le système utilisé dans nos universités. La virtualisation m’a aidé à résoudre ce petit problème.

  1. Depuis ta migration, quelles sont les choses que tu regrettes ou que tu ne trouves pas dans ton nouveau système ?

« Non, rien de rien, non, je ne regrette rien » 😉

  1. Dans ton utilisation journalière de ton nouveau système libre, trouves-tu facilement les logiciels dont tu as besoin ?

Oui, avec le temps, on comprend plus nos besoins, et comment trouver les bons logiciels pour les tester, et pourquoi pas, les améliorer en y contribuant.

  1. Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de faire la promotion de ton système d’exploitation libre auprès de tes amis ?

Grâce à Ubuntu-tn et ses membres j’ai appris comment promouvoir l’utilisation des logiciels libres. J’ai assisté et aidé dans plusieurs « Ubuntu Install Party » depuis que j’ai commencé a contribué à la communauté. Aujourd’hui, j’ai que des systèmes libres chez moi, mes parents, mes sœurs, mon frère, même ma tante utilise Ubuntu.

  1. Si tu avais la possibilité d’exaucer trois souhaits en rapport avec ton système d’exploitation, lesquels seraient-ils ?

Je souhaite, qu’un jour, notre gouvernement décide de migrer vers les logiciels libres, que nous aurons plus de contributeurs tunisiens, et que l’utilisation de GNU/Linux comme système pour PC de bureau dépasse un jour le 1%… Je rigole, on a déjà dépassé ça depuis des mois, vérifiez 😉

  1. Pourrais-tu nous donner ta cotation sur 10 des différents systèmes d’exploitation et/ou distributions qui sont passés entre tes mains ?

Pour des années j’ai principalement utilisé Ubuntu je ne pense pas que je peux donner des notes à Ubuntu ou aux autres distributions. Je me souviens plus quand j’ai formaté mon ordinateur portable pour la dernière fois (2009 ou 2010 ? je ne sais pas…), par contre j’ai migré mon Ubuntu vers plusieurs goûts, j’ai installé et utiliser d’autres distributions dans des machines virtuelles. Je suis aussi un SysAdmin, je peux peut-être partager mes avis sur les différents systèmes/distributions que j’ai testé :

  • Ubuntu Unity : User-friendly, élégant, avec le temps Unity commence à avoir des problèmes, des freezes… (même comportement que OS X xD).
  • {X, L, MATE}ubuntu : Léger, rapide, stable et élégant…
  • Debian, CentOS, FreeBSD : Puissant, le bon choix pour un serveur…
  • Gentoo, ArchLinux : Parfait pour apprendre, parfait pour les minimalistes…
  1. Pourrais-tu nous montrer une capture d’écran de ton bureau ?

J’utilise plusieurs bureaux (9 exactement). Voilà l’un des bureaux que j’utilise sur l’ordinateur de travail.
elacheche desktop

Open Data Workshop à la Faculté des Sciences de Monastir

affiche-opendata-fsm

Mise à jour : Les présentations sont disponibles. Voir fin de l’article.

L’association “Tunisian eGovernance Society“, organise en partenariat avec, le ministère de l’énergie et l’Institut National des Statistiques une série de workshops et conférences dans plusieurs universités sur la thématique de l’open data en Tunisie. Ces workshops font partie des efforts de la société civile pour :

  • Valoriser les données publiques en offrant un accès plus large et diversifié aux informations,
  • Favoriser une culture de transparence et de bonne gouvernance,
  • Contribuer au développement de la filière numérique locale et à la création d’emplois,
  • Encourager l’innovation et la créativité,
  • Découvrir et mettre en lumière les nouveaux talents Tunisiens.

Les données publiques ouvertes fournissent de nouvelles possibilités de créer de la valeur économique, sociale et politique. Cependant, l’open data exige de collaborer avec les écosystèmes nationaux d’open data et de s’ouvrir sur l’université afin de stimuler l’innovation basée sur les données et l’économie numérique

Public cible

Les chercheurs et les étudiants, particulièrement ceux en mastère, de la Faculté de Sciences de Monastir.

Date et Lieu

Le samedi 26 novembre 2016 de 10h40 à 12h00 à l’amphi n°3 de la Faculté des Sciences de Monastir.

Programme

10h40 – 10h50 : Accueil des participants
10h50 – 11h00 : Mot de bienvenue et remarques introductives
11h00 – 11h20 : État des lieux de l’open data en Tunisie, The Tunisian eGovernance Society.
11h20 – 11h35 : Le programme d’ouverture des données statistiques en Tunisie, Représentant de l’Institut National des Statistiques.
11h35 – 11h50 : La Plateforme des données ouvertes du secteur de l’énergie, Représentant du Ministère chargé de l’énergie.
11h50 – 12h00 : Q/R et Discussion.

Programme détaillé

 Annonce du workshop sur le site web de la Faculté : Open Data Workshop, 26 Novembre 2016, Amphi 3, FSM

Télécharger les présentations

SFD2016 : Communiqué de presse

banderolesfd2016-wp

L’association pour la Culture numérique Libre – CLibre, organise, en collaboration avec l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse la journée internationale de logiciels libres, « Software Freedom Day 2016 » qui aura lieu le dimanche 20 novembre 2016 à l’ISSAT de Sousse.

Cette onzième édition tunisienne, appelée « Software Freedom Day Tunisia », est organisée pour la quatrième année consécutive par l’association CLibre. Elle sera l’occasion pour les associations, les communautés et les clubs universitaires actifs dans les différents domaines des technologies du libre de se rencontrer, de partager leurs expériences dans le domaine et surtout de s’enrichir mutuellement avec les échanges d’idées entre nos jeunes issues des différentes institutions universitaire de la Tunisie.

sfd2015-094
Software Freedom Day Tunisia – Édition 2015

Le programme de la journée sera formé, en plus des rencontres entre activistes du libre, par un ensemble de conférences en relation avec les technologies libres ainsi que des concours.

Rappelons que chaque année, depuis 2004, la communauté internationale d’utilisateurs de logiciels libres fête le « Software Freedom Day ». Cette fête est une manifestation mondiale annuelle instaurée dans le but d’initier le grand public aux logiciels libres par son utilisation personnelle, dans l’éducation, l’économie ou par les gouvernements. Ce but est aussi l’un des objectifs de l’association CLibre qui a pris en charge l’organisation de cette journée en Tunisie prenant la relève de plusieurs acteurs de la communauté tunisienne qui n’a cessé, depuis 2006, de célébrer cette journée à l’échelle nationale.

Software Freedom Day Tunisia 2016

banderolesfd2016-wp

L’association pour la Culture numérique Libre – CLibre organisera, pour la quatrième année consécutive, l’édition 2016 du Software Freedom Day Tunisia. Après 03 éditions dont 02 au Palais des Sciences de Monastir et 01 à l’Institut Supérieur des Études Technologiques (ISET) de Sousse, cette année c’est l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie (ISSAT) de Sousse qui accueillera la communauté du Libre en Tunisie le dimanche 20 novembre 2016.

Vous pouvez vous inscrire dans la liste de diffusion de l’événement pour suivre et participer à l’organisation de cette édition 2016.

RiSk[S] – Les solutions des jeunes francophones pour la cybersécurité

Concours numérique de la Francophonie sur la CyberSecurité

du 26 au 29 mai 2016 au Pôle Technologique de la Manouba

Appel à candidatures national ouvert exclusivement aux résidents tunisiens

RisksLogo

C’est quoi #RiSk[Solutions] ?

Le Fonds francophone pour l’innovation numérique (FFIN) organise le concours #RiSk[Solutions] (Recettes informatiques de Scripts et Kits), qui propose aux participants d’explorer les systèmes informatiques similaires à ceux utilisés par les administrations publiques, afin d’identifier les risques informatiques qu’elles encourent au quotidien et apporter des solutions pour parer à ces périls potentiels.

En pratique, les candidats se verront attribuer un kit d’outils informatiques et de scripts à codes libres et ouverts, avec lesquels, ils auront à construire des solutions numériques complètes, durant un marathon organisé sur trois jours.

L’édition tunisienne de ce concours est organisée en collaboration avec l’association pour la Culture numérique Libre – CLibre et elle aura lieu du 26 au 29 mai 2016 à la cité des Sciences de Tunis.

Pourquoi ?

La Secrétaire générale de la Francophonie a placé l’année 2016 sous le thème du vivre ensemble, qui exprime la volonté commune des pays francophones de lutter contre les extrémismes et la radicalisation sous toutes leurs formes.

L’Internet étant un important vecteur de ces menaces, l’OIF a organisé en Côte d’Ivoire, en février 2016, une conférence internationale pour discuter des enjeux de la lutte contre la criminalité en ligne et proposer une déclaration et un plan d’actions dans le domaine de la cybersécurité et de la cyberdéfense.

Le FFIN s’associe à cette initiative en organisant #RiSk[Solutions] pour permettre à jeunes professionnels francophones du numérique, spécialistes en matière de cybersécurité, de proposer à leurs administrations publiques des solutions numériques pour lutter contre la cybercriminalité.

Prix & Accompagnement

  • 1er prix : 10 000 euros + l’accompagnement et le suivi des équipes projet, pendant un an, pour l’amélioration et la valorisation des solutions au sein de l’espace francophone
  • 2e prix : 6 000 euros + l’accompagnement et le suivi des équipes projet, pendant un an, pour l’amélioration et la valorisation des solutions au sein de l’espace francophone
  • 3e prix : 4 000 euros + l’accompagnement et le suivi des équipes projet, pendant un an, pour l’amélioration et la valorisation des solutions au sein de l’espace francophone.

Pour qui ?

Le concours est réservé aux jeunes professionnels du numérique (développeurs, designers, administrateurs systèmes, etc.) tunisiens, réunis en équipe projet de 2 à 5 personnes.

Les candidatures féminines sont encouragées et bénéficieront d’une attention particulière.

Où & Quand ?

Les inscriptions sont ouvertes sur la plateforme d’appel à candidature en ligne du 28 avril au 22 mai.

En détail:

  • Du 28 avril au 22 mai : Inscriptions en ligne pour les entretiens de sélection.
  • 23 et 24 mai : Entretiens de sélection.
  • 26 mai* : Cérémonie d’ouverture officielle du concours #RiSk[Solutions] et sessions de préparation au concours (formation sur les scripts et les kits informatiques mis à la disposition des candidats, mise en place des équipes) et début de la compétition.
  • Du 27 au 29 mai : Journées de compétition et nuit du Hackathon.
  • 29 mai après-midi : Présentation des projets, délibération du jury et remise des prix.

(*) Veuillez noter que la présence aux ateliers de formation est obligatoire pour les candidats sélectionnés.

Drupal Camp Tunisia 2016

DrupalCampTN

DrupalCamp est un événement à but non lucratif organisé par la communauté Drupal Tunisia en collaboration avec l’association pour la Culture numérique Libre – CLibre.

Le but de l’événement est de regrouper des experts Drupal qui vont partager leur connaissances et expertise autour du CMS ainsi que les technologies en relation.

L’événement aura lieu le samedi 30 avril 2016 à la cité de sciences de Tunis à partir de 9h00.

Le programme de la journée et les billets seront bientôt disponible.